Retour

Actualités

  • Fusion-absorption de l’APGSE avec la Fondation VERDIER

    L’APGSE, a fait l’objet d’une fusion-absorption le 31 décembre 2013 par la Fondation VERDIER, dont le siège est situé au 11, rue Manceau - 37000 TOURS.

    L’objectif de cette fusion est de consolider, développer et pérenniser le dispositif éducatif « DALAL DIAMM » situé au Sénégal, qui accueille depuis de nombreuses années des adolescents en difficulté, en provenance de nombreux départements.

    En second lieu, cet établissement que nous gérons depuis 2008 dans le cadre d’une simple convention avec le Conseil général d’Indre-et-Loire bénéficie depuis 1er janvier 2014 d’une existence juridique renforcée avec la signature par le Président du Conseil général d’un arrêté d’autorisation.

    En effet, dans le cadre du rapprochement avec la Fondation VERDIER, nous avons répondu ensemble à un appel à projet du département d’Indre-et-Loire, et notre projet, après avis favorable de la commission ad hoc, a été retenu par le département.

    L’activité que nous gérons est donc pérennisée et totalement transférée à la Fondation VERDIER qui reprend la totalité du personnel et poursuit le projet tel que vous le connaissez avec Monsieur LOUEMBA, le Directeur de « DALAL DIAMM ». Celui-ci sera amélioré prochainement, notamment pour ce qui concerne le retour des jeunes en France.

    Pour ce qui concerne l’accueil et l’admission des jeunes, il n’y a aucun changement si ce n’est le transfert dans un délai de trois ou quatre mois de la partie française de notre activité du Mans à Tours.

  • INFO liée aux démarches administratives

    A partir du 1er juillet 2013, tous les ressortissants français se rendant au Sénégal doivent se munir d’un visa biométrique.
    Dans le cadre de la procédure d’admission, l’APGSE assurera pour les jeunes admis, les démarches relatives à l’obtention du visa : le pré-enrôlement puis le visa.

Actualités archivées

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14

Nouveau

Sas de préparation et d’accompagnement au retour en France

Fort de son expérience de 6 ans dans l’accueil de jeunes en difficultés au Sénégal, le dispositif Dalal Diamm mène depuis plusieurs mois une réflexion autour de la problématique du retour de ces jeunes en France après une longue absence à l’étranger.

En effet, les semaines qui suivent le retour constituent souvent une phase de fragilité et de vulnérabilité pour le jeune, durant laquelle il peut éprouver :
- une perte de repères,
- des difficultés de réadaptation,
- des sentiments de solitude, de tristesse et de nostalgie (type "déprime"),
- le besoin de vérifier auprès de ses proches s’il a changé et/ou si eux-mêmes ont changé,
- des difficultés à se mobiliser,
- etc.

Les travailleurs sociaux et la famille peuvent également se trouver en difficulté pour soutenir et accompagner le jeune, car ils ne sont généralement pas en mesure d’appréhender ce que celui-ci a vécu pendant son séjour au Sénégal.

En dépit d’une préparation solide du retour en amont (cf. la construction du projet de retour), ainsi que de la mise en place d’un relais avec les professionnels en France, la période du retour apparaît par conséquent délicate à gérer tant pour le jeune que pour sa famille et les travailleurs sociaux qui l’accompagnent.

Ainsi, pour la première fois en 2010, le dispositif Dalal Diamm a mis en œuvre à plusieurs reprises (mars, juin, août) un "sas" expérimental de retour ou de préparation au retour d’une durée de deux semaines.

Les jeunes pourront y participer selon deux types de situation :

  • le retour définitif en France : l’objectif est de faciliter la réadaptation du jeune et d’opérer un relais efficace avec la famille et les travailleurs sociaux, à travers des rencontres entre l’équipe du dispositif et les différents partenaires ainsi que par la mise en place de temps de visite du jeune.
  • un séjour temporaire en France avant de retourner au Sénégal terminer le séjour (notamment pour les jeunes dont la durée totale du séjour approche ou approchera les 12 mois) : l’objectif consiste à préparer le retour définitif du jeune, qui se réalisera quelques mois plus tard. Il s’agit pour ces jeunes de reprendre contact avec la réalité française, de revoir leur famille, de rencontrer des structures éducatives pressenties pour les accueillir lors de leur retour définitif, de visiter les structures de formation, de rencontrer des employeurs potentiels etc.

Selon la situation, les jeunes sont admis directement dans leur nouveau lieu d’accueil ou hébergés dans un gîte en Indre-et-Loire, l’équipe éducative de l’APGSE les accompagnant dans les différentes étapes de ce sas. Un programme individuel est établi en prévision de ce séjour en France et défini avec le jeune, l’équipe du dispositif, la famille et les travailleurs sociaux.

Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter.

Quelques images du "sas" de mars 2010

Image précédente Image précédente Image suivante Image suivante

Le gîte à Chateau-la-Vallière